Dans les bois / Harlan COBEN

« Été 1985, New Jersey. Paul Copeland est animateur d’un camp de vacances à la lisière des bois. Une nuit, il abandonne quelques heures son poste. Quatre jeunes en profitent pour s’éclipser, dont sa sœur, Camille. On ne les reverra plus. Seuls deux corps seront retrouvés. On attribuera leur mort à un tueur en série qui sévissait dans la région.

Vingt ans plus tard, Paul est devenu procureur. Alors qu’il plaide dans une affaire de viol, il est appelé à identifier un corps. Stupéfait, il reconnaît formellement Gil Perez, un des disparus. Pourquoi les parents de Gil s’obstinent à nier son identité ? Et si Gil a été en vie tout ce temps, se pourrait-il que Camille le soit aujourd’hui ? Bien décidé à faire la lumière sur le drame qui n’a jamais cessé de le ronger, Paul va replonger dans les souvenirs de cette terrible nuit… »

Résultat de recherche d'images pour "dans les bois harlan coben avis"

Il s’avère que le genre Thriller n’est pas celui que je préfères, même si je ne refuse jamais un bon policier. C’est le premier roman de Coben que je lis, et je n’arrive pas à savoir si je déteste ou si c’est ce livre en particulier qui est bof, il faut que j’en lise d’autres pour me décider !

Certes, l’auteur arrive, plus ou moins chaotiquement, à nous emmener là où il veut, avec un rythme particulier. Il sait effriter peu à peu nos certitudes. Le vocabulaire est assez simple, il est très accessible. Je n’ai malheureusement pas vraiment réussi à « rentrer dans l’histoire ». C’est un livre que j’ai lu assez vite, car malgré tout, la fin d’un chapitre donne envie de lire la suite. On devine nettement les ficelles qui jalonnent l’intrigue, et le suspens était là. Certes. Des rebondissements, on en compte beaucoup, des révélations aussi. Mais je ne saisis pas pourquoi il a fallu 20 ans pour élucider cette affaire.

Je trouve l’intrigue un poil tirée par les cheveux. En plus, et j’ai trouvé cela un poil ridicule : Mais que s’est-il passé dans ces bois en 1985 ?? Tous les personnages en deviennent suspects, que ce soit Lucy, son père, et même les jeunes disparus eux-mêmes… Cope cherche un coupable qui est en fait, *** ALERTE SPOILER *** l’homme qui avait été jugé coupable il y a 20 ans. What ??? C’est l’instant où tout s’effondre vraiment pour moi. On se serait attendu à quelque chose de plus épique et de moins… obvious ! Et ben non. Ajoutons à ça le retour inespéré de la sœur disparue (il aurait au moins pu la faire mourir accidentellement en Russie quoi…) qui arrive comme un cheveu sur la soupe, et qui s’intègre en un claquement de doigts dans la famille !!L’épilogue 1) est bâclé et 2) a tout gâché. A un moment il faut savoir s’arrêter avant le Too Much. Par contre, j’ai trouvé la fin, dans les bois, là où tout à commencé, vraiment parfaite en soit : elle détruit l’espoir de tout recommencement à zéro, d’un amour sans artifice et sans tromperie. Mais je réitère : l’auteur aurait dû s’en tenir là et ne pas nous mettre l’épilogue larmoyant et inutile, voire contre-productif.

Hormis ces points, l’auteurs s’est attaché à des sujets intemporels et sans risques : la famille, la nostalgie, les regrets, le mensonge. Pas de mise en danger de ce côté là. Par contre, il a pris le risque de parler de viol, de prostitution et de la différence entre noirs et blancs, entre pauvres et riches, à notre époque. C’était plutôt bien joué, même si un peu cliché avec une pauvre black mineure et maman en tant que victime à la fois de deux « fils de », bourgeois et pétés de thunes, et à la fois du système judiciaire apparemment simple à corrompre…

Remarque : il traite également de l’addiction, notamment celle de Lucy à l’alcool. Je me demande si l’auteur a déjà vu une personne réellement dépendante à l’alcool, ou s’il vit dans le pays des Bisounours…

Le mot de la fin : c’était une lecture récréative, mais je ne me suis pas retourné le cerveau. C’est un livre que je garderai dans ma bibliothèque (de toute façon, je suis incapable de me séparer d’un livre !), mais que j’oublierai avoir un jour lu je pense. Ce n’était pas exceptionnel, mais je lirai sans doute un ou deux autres livres d’Harlan Coben pour :

  • soit me conforter dans l’idée que c’est (pour moi, hein, je n’interdis à personne d’aimer cet auteur et ses créations !!!) assez médiocre et sans grand intérêt, type livre que tu lis dans le train car tu n’as trouvé que ça au Relay du coin;
  • soit totalement transformé cette ébauche d’opinion, avec une réelle bonne surprise ! Pour faire pencher la balance en ce sens, quel ouvrage me conseillez-vous ?

Ma note : 9/20

via Lecture au coin du feu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :