Bilan du NaNoWriMo 2018

Enfin, trois semaines après la fin du challenge, l’heure du bilan a sonné !!!

Première participation au NaNoWriMo, et on va tout de suite annoncer la couleur : premier échec. Non, échec n’est pas le mot adéquat… On va plutôt dire première non-réussite.

Le mot échec a une connotation très négative, stérile, et il résonne comme une fatalité. Alors que certes, je n’ai pas pondu les 50 000 mots requis. J’en suis même très loin avec mes 16 000 mots et quelques. Bien sûr que je suis un peu déçue, mais je vais vous expliquer pourquoi je préfère voir ça comme une chance plus que comme une défaite.

Capture 2
Ouuuuh le diagramme pas beau… !!!!

 

Mon projet

Je suis partie sur un roman fiction à propos d’un jeune architecte, issu de l’aristocratie anglaise, partant embrasser une carrière toute tracée à New-York au début du XXème siècle. Des débuts très prometteurs, une maison de rêve, rien ne manquait à son bonheur, lorsqu’une nuit, une étrange apparition dans son grenier fit basculer toutes ses certitudes…

Je ne vous en révélerai pas plus, au cas où je veuille un jour reprendre cette histoire là où je l’ai laissée… En tous cas, sur le papier, l’idée me plaisait beaucoup, les premiers jours du moins !

Mes erreurs

J’ai décidé, trois jours avant le début du challenge, d’y participer. Ce fut ma première erreur. En effet, quand on décide de s’attaquer à l’écriture d’un pavé de 50 000 mots, il faut plutôt être bien préparé, et avoir son histoire tramée en avance, afin d’uniquement s’occuper d’écrire, écrire, écrire.

Les premier jours, j’ai immédiatement pris du retard car je passais beaucoup trop de temps à réfléchir au sens des phrases, à la manière dont l’histoire s’articulait, et à la rendre véritable. De plus, je me suis embarquée dans une histoire se déroulant dans le monde réel, et je me suis donc mis en tête que mes descriptions devaient être au moins réalistes, si ce n’est véridiques. Deuxième erreur. J’ai perdu énormément de temps à faire des recherches, petites c’est vrai, mais quand on les met bout à bout…

Ma troisième erreur a été de participer à ce challenge tout en sachant que le mois de Novembre serait très chargé pour moi : nous avons déménagé le 3 novembre, rendu l’appartement précédent le 5 novembre, pris nos marques dans notre nouveau chez-nous. Comme si ce n’était pas suffisant, je me suis rendue à Lille pour le travail toutes les semaines, des déplacements de 2 à 3 jours à chaque fois, ce qui n’aide pas à la concentration. Bien que j’ai tenté d’écrire dans ma chambre d’hôtel le soir, je n’étais pas chez moi, je n’avais pas le confort de la maison et en plus, j’étais épuisée par les journées que je faisais.

Enfin, ma dernière erreur a été de m’embarquer dans un style qui n’est pas le mien. J’écris généralement soit des petits textes contemporains où je n’ai pas besoin de faire de recherches, soit de l’héroïc-fantasy. Là je me suis perdue, et je me suis auto-bloquée dans mon écriture…

 

Si on résume donc :

  • Manque de préparation
  • Prise de retard dû au manque de préparation et à une forte période d’activité dans mes vies perso et pro au mois de Novembre
  • Expérimentation d’un style inhabituel pour moi

Mes victoires

Oui, parce je n’ai pas fait que des erreurs lors de ce challenge !!! En effet, j’étais plutôt fière d’avoir réussi à découper mon histoire. Ainsi, chaque jour j’avais la trame de ce que je devais écrire. OK, à force de prendre du retard, ça n’a pas été réalisé, mais si je m’y étais tenue, je pense que cela aurait bien fonctionné. En tous cas les quinze premiers jours, cela m’a bien aidé.

Je n’avais pas vraiment imaginé mes personnages avant de me lancer dans l’écriture (shame on me, le manque de préparation s’est bien fait ressentir à ce moment-là), j’ai donc fait une sorte d’annuaire avec les nom, les relations et les caractéristiques principales de mes personnages, ce qui m’a aidé à m’y retrouver de jour en jour.

Ce qui m’a vraiment aidé, c’est le soutien inconditionnel de Monsieur K. ! Qui n’a pas hésité à me ménager de toutes autres tâches dans la maison pour que je puisse prendre le temps qu’il fallait pour écrire…

Enfin, je garde en mémoire le deuxième dimanche du challenge, où j’ai réussi à écrire plus de 7 000 mots ! Et j’ai été très fière de moi à ce moment là, bien que éreintée !!!

Mes émotions

Étrangement, j’ai été plutôt sereine durant ce NaNo. J’ai eu la chance de pouvoir compter sur le remontage de moral d’un groupe de passionnés, nous permettant de nous encourager mutuellement. Lorsque vers le 17 Novembre, j’ai compris que j’avais lâché le bout de lard, je ne me suis pas sentie nulle, ce qui était souvent le cas quand je n’arrivais pas à écrire ce que je voulais. Je me suis juste sentie plus légère qu’avant !

Mes difficultés

Corréler vie privée, vie professionnelle et écriture à un niveau dont je n’ai pas du tout l’habitude a été le plus compliqué, ce pourquoi je n’ai pas réussi le challenge. En plus d’être démotivée par mon histoire, je m’aménageais des temps inadaptés d’écriture : il m’arrivait de bloquer devant ma page, ou bien parfois j’étais inspirée mais dans l’incapacité d’écrire (au boulot, ou en extérieur).

Ce que le NaNoWriMo m’a révélé sur moi-même

Que je peux le faire. Je le savais, mais je n’en ai pris conscience qu’à ce moment là : je me bloque toute seule car je veux écrire le texte parfait dès le premier jet. Je n’y pouvais rien, je n’arrivais pas à m’en empêcher. Et bien, durant ce challenge, écrire le plus de mots possible à la journée revient à ne pas pouvoir donner naissance aux plus parfaites descriptions, aux plus parfaits dialogues, aux plus parfaites émotions. Et j’ai survécu !!!! Mieux, j’ai appris à faire abstraction de cette sempiternelle exigence envers moi-même, pour m’éclater dans certaines scènes. Et ça, ça vaut son pesant d’or !!!

Ce que je retiens de cette participation

J’ai utilisé un outil très intéressant : Scribbook, un studio d’écriture en ligne. Je l’ai trouvé vraiment très bien construit, et très utile, avec les principes de base d’un traitement de texte. Le premier jour, je l’ai utilisé tel quel, et il est vrai que je me suis souvent déconcentrée avec les pages internet ouvertes par ailleurs. C’est pour cela que j’ai ensuite mis à profit le mode “sans déconcentration” proposé par le site. J’ai retenu deux effets positifs à cela : 1) je n’étais plus tentée par les méandres d’internet, et 2) la jauge d’objectif journalier était dissimulée, ce qui me permettait de me concentrer exclusivement sur l’écriture et non sur le nombre de mots à atteindre.

Voici ma check-list de choses à respecter pour une expérience plus riche l’année prochaine :

  • préparer mon projet dès le mois de Septembre
  • prendre un style où je me sente à l’aise
  • ne pas m’arrêter de vivre pour le challenge
  • mais me ménager deux heures chaque jour, toujours aux mêmes horaires.

Et la suite ?

Advienne que pourra… toujours est-il que j’ai repris plaisir à écrire mes chroniques, sans me mettre de pression, et que je relis également énormément, ce qui me permet de mettre en branle mon imagination que je trouvais un peu rouillée depuis quelques temps. En tout cas, ça a été une expérience hors du commun ! Si je sais pertinemment que les bons auteurs que j’apprécie n’ont pas expulsé leurs meilleurs romans en un mois, c’est un très bon entraînement, un très bel exercice, pour se dépasser, se prouver qu’on peut le faire et s’auto-satisfaire. Même si on ne va pas jusqu’au bout !!!

Rendez-vous pour l’édition 2019 !!!

 

crest-05e1a637392425b4d5225780797e5a76

11 commentaires sur “Bilan du NaNoWriMo 2018

Ajouter un commentaire

  1. Et bien un bilan contrasté mais plutôt positif avec des prises de conscience et une évolution personnelle!
    Et oui un roman ça se prépare. Et parfois ce n’est juste pas le bon moment non plus.
    En tous cas une belle expérience on dirait.
    Ca donne envie de s’y mettre l’année prochaine. Je garderai en mémoire tes conseils.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui je suis contente de l’avoir fait, j’ai appris des choses sur moi-même ! J’ai hâte à l’édition 2019, pour mettre en oeuvre mes acquis et voir si j’y arrive cette fois… Mais je ne suis pas sure d’attendre Novembre : me lancer un défis personnel dans les mois à venir n’est pas exclu !

      Je ne peux que t’encourager à le faire l’année prochaine 😀 On pourra en plus se motiver mutuellement !

      Aimé par 1 personne

  2. Je suis assez d’accord @Latmospherique ton article donne envie de se lancer ! Tu as bien réussi à nous partager comment tu as réussi à retirer beaucoup de positif de ce qui s’apparente au premier abord à un échec. Alors moi je me dis que ce que j’apprécierai c’est d’apprendre de quoi je suis capable.
    Alors merci pour tes conseils 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. De rien ! 🙂 C’était important de partager mon ressenti sur une chose qui a autant d’importance pour moi, si j’ai pu éclairer quelques chemins, j’en suis heureuse ! Et je vais te tanner pour que tu le fasses l’année prochaine aussi alors !! :p

      J'aime

  3. Je trouve ça super que tu arrives malgré tout à positiver par rapport à cette expérience! 😃 L’important c’est effectivement tout ce que ça a pu t’apporter. Et même si ce n’est pas ton genre de prédilection, moi perso j’aimerais bien lire ton histoire, ça m’intrigue 😄 Quant à la préparation accrue, je suis tout à fait d’accord avec toi ! En me lançant dans mon premier Nano cette année, je ne savais pas qu’il existe aussi ce qu’ils appellent le « Preptober » (contraction de « preparation » et « october ») durant laquelle les participants commencent déjà à échanger autour de la préparation de leur roman. Et l’équipe du Nano propose des conseils, notamment de déjà créer tout ce qui est profil des personnages, monde dans lequel se passe l’histoire etc…J’y penserai pour l’année prochaine 😊

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ma belle ! On était tous ensemble dans cette épreuve et ça c’était motivant ! Oui le Preptober se révèle indispensable… avoir la trame et le contexte déjà défini permettra de laisser couler les mots plus facilement que cette année c’est une certitude ! T’es trop gentille ! Mais je ne sais pas si j’oserais faire lire mon petit torchon (et je le dis presque avec amour !!!) sans un gros retravail derrière xD en tous cas bravo à nous pour avoir survécu à ce mois de Novembre hahaha

      Aimé par 1 personne

      1. Mdrrr je suis comme toi…J’arrête pas de me dire qu’en janvier je commence mon travail de réécriture, mais en même temps quand il sera fini j’aurai trop peur de le faire lire et de m’entendre dire que c’est de la m***! Ça m’anéantirait qu’on pense ça de mon bébé 😅

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :