Coeur-Naufrage | Delphine Bertholon

“Toute ma vie, j’ai fait diversion”.

A bientôt trente-quatre ans, Lyla est tenaillée par le sentiment de passer à côté de l’existence. Elle enchaîne les fiascos amoureux, accumule les névroses et attend, dans trop savoir quoi. Jusqu’au jour où un étrange message la ramène dix-sept ans en arrière. Cet été-là, sur la côte landaise, tout allait basculer.

Une révélation. Je trouve que le mot est à la fois assez fort et assez juste pour qualifier cette première lecture de 2019. Je découvre Delphine Bertholon, et je suis ravie.

Honnêtement, je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec cette lecture. J’ai acheté le livre car le titre m’a parlé… la 4ème de couverture, un peu moins. J’avais peur de tomber dans le cliché de la parisienne névrosée qui se soigne à coup de verres de Bordeaux et d’antidépresseurs, qui ne sait que enchaîner les histoires sans lendemains car elle fait une fixette sur son père, ou un truc dans le genre. Et puis finalement… par quoi commencer ?

La plume est agréable, fluide, légère… et pourtant, c’est une lecture coup de poing. Dès les premières lignes, je me suis immergée dans la vie anguleuse et tumultueuse de Lyla, puis de Joris.

ALERTE SPOILER (mais sans dévoiler la fin !)

Pour faire simple, Coeur-Naufrage, c’est le titre d’un poème de gamine, écrit pour son premier amoureux d’école. Coeur-Naufrage, c’est aussi l’appel désespéré d’une fille de dix-sept ans. Lyla, avec un y. Ce n’est plus une enfant, mais elle est encore loin de l’âge adulte. Sa vie se résume à des clichés, ceux que sa mère égoïste prend d’elle à longueur de journée, et grâce auxquelles elle a fait carrière dans la photographie. Lyla subit, jusqu’au jour où elle tombe. Elle tombe sur Joris, jeune homme de la côte, là où elle passe ses vacances. Elle tombe amoureuse de ce Joe le taiseux, différent des autres garçons. Elle tombe enceinte, sans trop savoir comment. Elle tombe des nues lorsqu’elle reçoit la réponse laconique, détachée et insensible de Joris à sa lettre lui apprenant sa grossesse. Aussi le bouclier qu’elle s’est construit au fil des ans sera bien entamé lorsqu’à la mort de son père, Joris trouvera la lettre que Lyla lui a écrit il y a dix-sept. Celle qui lui disait qu’elle n’avait pas pu tuer le petit être qui grandissait en elle… car elle avait entendu son cœur battre. Cette lettre qu’il n’avait jamais reçu.

Vous comprenez mieux pourquoi ce livre m’a happées, et que les chapitres m’ont totalement transportée ?

Je ne suis pas encore maman, et je ne peux donc qu’imaginer les sentiments de Lyla face à un choix impossible. Construction déconstruite. Je perçois la difficulté de vivre avec ce poids sur le cœur, celui d’avoir dû abandonner son enfant parce qu’elle n’était pas prête. Celui d’avoir gâché des années à essayer de ne pas être heureuse parce qu’il est plus facile de s’enfermer à l’intérieur de soi-même. Celui d’avoir passé d’interminables heures à se demander si son enfant avait survécu, s’il était en bonne santé, ou s’il était tout simplement heureux.

Et Joris, qui apprend sur le tard qu’il est papa, alors qu’il a enfin trouvé un chemin salvateur dans la vie, avec deux bouées de sauvetage : sa femme et son bébé ? Pourquoi ce chamboulement ? D’un autre côté, même posé, il avait toujours dans son âme une ombre qui l’aurait foutu en l’air s’il n’avait pas trouvé ses repères.

J’ai aimé la similarité de Joris et de Lyla autant que leurs différences. La mère de Joris est décédée très jeune, dans un accident de voiture, abandonnant son petit garçon aux mains de son mari violent, porté sur la bouteille et qui ne s’intéressait vraiment à son fils que lorsque celui-ci rapportait de bonnes notes. Le père de Lyla est un homme bon, gentil, mais soumis à son épouse, une sorte de marâtre qui n’a de mère que le nom : égoïste, volage, séductrice et superficielle. L’un comme l’autre n’ont pas eu les cocons familiaux idéaux. Par la suite, et malgré les cicatrices, ils ont réussi leur carrière professionnelle. Mais si Joris a réussit à réparer tant bien que mal ses vagues à l’âme, Lyle, elle, est restée figée dans la salle d’accouchement qui a vu l’infirmière emmener son bébé. Et si…?

Parmi les points à retenir, j’ai sélectionné la poésie de cette histoire simple, rendue unique. Les questions et les pensées des protagonistes jalonnent la pensée du lecteur, parfois à la limite du philosophique. Les pages m’ont plongée dans ma propre réalité, me forçant à faire un point sur ma vie, mes sentiments, ma réussite, mes échecs. “Et moi… je ferais quoi?”. Une eau bénite, à mi-chemin entre le témoignage et le livre de développement personnel !

J’ai également beaucoup apprécié les personnages ébauchés par l’autrice. Zoé, la meilleure amie de Lyla, apporte la fraîcheur et la touche d’humour, tandis que sa mère apporte la touche sombre et froide. On se rend compte que toutes les mamans ne sont pas douces et sorties d’un conte de fées, mais qu’il en est certaines qui ne sont que des monstres d’égoïsme qui empêchent en partie leurs enfants de vivre, même une fois grands.

“Les souvenirs, cela ne se raconte pas – pas comme ça. Les souvenirs sont des fragments qui apparaissent tantôt ici et tantôt là, au passé, au présent, n’importe comment. Des images, des sensations, des bribes, des flashs. De petites cartes postales, des diapositives, des extraits de romans imprimés dans la tête, la queue d’un Marsupilami en forme de pellicule, les dalles perforées d’une salle d’échographie.

Je ne comprends pas les gens capables d’écrire leurs Mémoires. Cela n’a aucun sens.

La mémoire n’a pas de sens.”

Lyla, Coeur-Naufrage, page 195.

Voilà pour cette chronique livresque.Je ne vois pas quoi dire d’autre : le livre est trop bien pour être décrit, je risquerais de trop en dire et c’est un livre où il est difficile de développer la description de la psychologie des personnages car elle est partie intégrante de l’histoire. MAIS ! J’ai un autre ouvrage de Delphine Bertholon à lire en Novembre prochain… et j’ai tellement hâte !!!!

 

Ma note : 18/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :