La face cachée de Margo | John Green

Margo Roth Speigelman, le nom aux six syllabes qui fait fantasmer Quentin depuis toujours. Alors forcément, quand elle s’introduit dans sa chambre, une nuit, par la fenêtre ouverte, pour l’entraîner dans une expédition vengeresse, il la suit.

Mais au lendemain de leur folle nuit blanche, Margo n’apparaît pas au lycée, elle a disparu. Quentin saura-t-il décrypter les indices qu’elle lui a laissés pour la retrouver ? Plus il s’en rapproche, plus Margo semble lui échapper…

Enfin un livre lu sans avoir vu l’adaptation cinématographique auparavant !!! C’est un jour à marquer d’une pierre blanche, non ? … Non, plutôt d’une pierre grise, car je n’ai pas vraiment apprécié ce livre… héhé, j’aime voir votre enthousiasme retomber comme un soufflé au fromage (moi ? sadique ?) !!!

Aller, trêve de bavardages inutiles, voici ma perception de La face cachée de Margo de John Green, et pourquoi je suis perplexe et déçue.

J’avais beaucoup aimé Nos étoiles contraires, et le film comme le livre continuent de m’émouvoir à chaque fois. Du coup j’étais très emballée par celui-ci qui avait l’air différent, mais qui faisait partie des grosses sorties internationales de 2008. Mais voilà le hic : j’aurais dû le lire à sa sortie, et non pas dix après. Et oui… j’ai vieilli, et ma perception des choses n’est plus la même à 25 ans qu’à 15 !!! Je me rends bien compte cette littérature est vraiment adressée aux adolescents, cette fois. Ce qui doit contribuer au fait que je me suis ennuyée lors de ma lecture.

Le roman aborde le thème de l’identité, du sentiment amoureux et du fait qu’on ne connaît jamais vraiment les gens. De l’image que l’on revoit, parfois sciemment calculée et étudiée, parfois sans en avoir conscience. C’est un pan très important de la vie d’un adolescent, et je pense qu’avec l’ultra-connectivité d’aujourd’hui, cela n’ira pas en décroissant.

Quentin est amoureux de Margo. Ou plutôt, il est amoureux de l’image qu’il en a. L’image qu’elle veut renvoyer. Personne ne sait qu’au fond, c’est une fille un peu paumée qui ne rêve que d’une chose : s’évader de son existence superficielle. Elle est elle-même, mais elle n’est pas la fille dont Quentin croit être amoureux. Il y a la partie émergée de l’iceberg, et la partie invisible, bien enfouie pour que personne ne la soupçonne. Et l’histoire va se dérouler autour de cela. Plus que la recherche de Margo elle-même, Quentin va chercher le véritable visage de la fille qu’il aime, et se rendre compte qu’en réalité, il ne la connaît pas vraiment. Il est amoureux de ce qu’elle veut bien lui renvoyer. Au cours de cette quête de la vérité, Quentin va grandir. Il y a des étapes comme ça, dans la vie : on stagne pendant des mois, voire des années, et d’un coup, un évènement nous fait grandir d’un coup. La disparition de Margo a cet effet sur Quentin. On voit bien d’ailleurs, que ses amis restent un peu en arrière : à chacun sa vie, ses soucis, et même si leur amitié pour Quentin est indéfectible (c’est d’ailleurs bien pour cela qu’ils font le voyage final avec lui), ils essayent quand même de le retenir un peu. Doit-on y voir tentacules du passé et de la société qui nous collent à la peau et nous empêchent d’avancer comme on le voudrait ?

L’idée est super sympa, mais le livre traîne en longueur… Notamment à cause de ces tentacules. Qu’en a-t-on à faire des cuites des copains, de leurs déboires amoureux, du bal de fin de lycée ? Comme si cette étape qui marquera la fin de leur lycée chaotique (en tant que mecs pas très populaires) est importante face à la disparition de Margo ? J’ai eu l’impression que l’auteur voulait meubler le récit, pour un rendu finalement moyen et assez superficiel. De même, les parents sont tantôt hyper présents, tantôt laxistes à souhait… Très étrange.

On apprend vite que Margo est la reine de la fugue, et que la plupart des aventures qu’elle a vécu, ces supers aventures humaines qui l’ont conduite par monts et par vaux à rencontrer des gens intègres et quelques peu marginaux, sont le fruit de ses nombreuses incartades qui exaspèrent plus qu’elles n’inquiètent ses parents. Mais cette fois quelque chose est différent : d’habitude, Margo laisse des indices pour que ses parents la retrouvent, des indices assez grossiers d’ailleurs. Cette fois, les indices sont adressés uniquement à Quentin, et sont plus difficiles à trouver… et encore plus à interpréter. Margo veut-elle vraiment être retrouvée ? De plus… je ne connaissais moi-même quasiment aucune référence du livre, que ce soit les poèmes ou les chansons. Je ne suis donc pas sûre que cela parle vraiment au public concerné !

Bref, j’ai trouvé que le livre était finalement très long pour ne pas dire grand-chose. Par contre j’ai été contente d’apprendre l’existence des pseudotissements (lotissements non terminés et abandonnés) qui foisonnent aux États-Unis… et sur les villes de papier. Ces villes qui n’existent pas vraiment, mais qui ont été créées par les auteurs de cartes pour éviter le plagiat (et donc dénoncer les plagiaires qui seraient tombés dans le panneau en recopiant des villes qui n’existent pas en réalité !). Je ne savais pas que cela existait, et c’était intéressant de tourner l’histoire autour de cela, mettant en parallèle ces villes fantômes et Margo, qui s’avère finalement elle aussi être une fille de papier.

Je n’ai donc pas été vraiment convaincue par cette lecture, et je ne pense pas relire de livres de cet auteur de sitôt… Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Ma note : 8/20

 

J’en profite pour mettre en avant mon petit Lennon, petit loulou fabriqué par Les cranes de Monette !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :