La voie du Berserker | Kwamé Maherpa

Arnor a grandi dans la communauté des Frères de la Lumière dont un des membres, Eudes de Beaufort, l’a sauvé du froid et des loups. Un jour, des barbares du nord attaquent l’abbaye et en massacrent tous les occupants.

Arnor, absent au moment de l’assaut, découvre frère Eudes agonisant.

Celui-ci l’envoi à Lutèce, se mettre sous la protection du Chevalier du Guet. Déterminé à venger la mort de celui qu’il considère comme un père, Arnor part à la poursuite de ses assassins.

De la grande cité-état aux mœurs politiques corrompues, jusqu’aux royaumes éloignés de l’Extrême-Orient mystérieux, en passant par les solitudes glacées de la lointaine Scanie, la route vers l’accomplissement de sa quête est longue, sinueuse et trompeuse car l’ennemi est à la fois intérieur et extérieur.

Arnor devra choisir : devenir un puissant de ce monde, au risque de perdre son humanité, ou s’affranchir de l’inné pour rester un homme libre.

 

Je vous présente aujourd’hui La voie du Berserker, de Kwamé Maherpa. J’ai reçu ce livre de la part des Éditions de la Banshee et je suis ravie de pouvoir vous en parler à travers cette nouvelle chronique livresque !

Dès les premières lignes, l’auteur nous plonge dans un univers de fantasy pure, de ceux que j’adore. Le mal contre le bien, le héros (ou anti-héros ?) dont on suit l’évolution, de simple frère servant à puissant seigneur de Beaufort, Arnor en prend pour son grade ! On peut dire qu’il aura vu du pays, et que c’est un vrai miracle qu’il ait pu s’en sortir vivant, malgré la force scandinave qui couve en lui de par sa nature. Le fil rouge du livre est la vengeance de Arnor, qui souhaite plus que tout retrouver les assassins de celui qui a constitué la seule figure paternelle qu’il n’ait jamais eu.

J’ai mis un moment à le lire, non pas que le livre me déplaisait, bien au contraire ! Mais c’est qu’il est si dense en personnages et en informations que j’avais besoin de laisser du temps à mon petit cerveau pour décanter tout cela. Si j’ai une remarque à faire, c’est qu’il y a beaucoup, beaucoup de personnages et de noms de lieux / religions / groupes politiques (ce qui est loin d’être un reproche car cela donne véritablement corps au récit), et que ceux-ci manquent d’introduction. J’aurais aimé voir plus de calme entre les tempêtes, pour prendre le temps de connaître les personnages, ou au moins de mieux appréhender leurs liens les uns entre les autres. Là, j’ai eu un peu de mal à contextualiser les différentes scènes, dû au foisonnement de noms et d’éléments.

Bien sur, les personnages récurrents sont reconnaissables, même attachants. J’ai beaucoup aimé le personnage de Cassius par exemple. En fait, les personnages sont tous très charismatiques dans leur genre. Arnor, lui, reste fidèle à lui-même durant toute sa quête de vengeance, même s’il est parfois en proie au doute ou à la souffrance, rien ne se met en travers de son chemin et il endurera toutes les épreuves sans vraiment broncher. Quelle volonté !

Les enjeux politiques et religieux sont extrêmement bien composés et relativement complexes. Entre trahisons, batailles épiques, alliances et sauvetages en tous genres, l’auteur parvient tout de même à mettre en exergue certaines valeurs philosophiques, au milieu d’un univers plus que complet qui aurait mérité au moins un tome supplémentaire !

Si j’ai un point important à relever, c’est clairement la qualité de l’écriture. Au début, j’ai été un peu surprise car je ne m’attendais pas du tout à un tel niveau de registre, plutôt soutenu. Le vocabulaire est riche et permet un champ des possibles quasi illimité en matière de descriptions. Néanmoins, cela n’entrave pas du tout le côté cru et sanglant des batailles et j’ai trouvé ce point très bien dosé ! Réaliste de fantasy si je puis dire.

C’est une véritable belle découverte et je remercie encore une fois les Éditions de la Banshee pour leurs œuvres chaque fois plus stimulante ! Certes, c’est un livre qu’il faut lire au calme, car impossible d’arriver à suivre sinon, mais j’ai trouvé cette histoire riche, tout simplement. J’aimerais lire d’autres œuvre de Kwamé Maherpa, surtout si, avec l’expérience, sa plume s’aiguise encore davantage !

 

Ma note : 14/20

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :