Les stagiaires | Samantha Bailly

Ophélie, Arthur, Hugues et Alix viennent tous d’horizons différents. Leur seul point commun : ils rêvent de travailler chez Pyxis, entreprise spécialisée dans l’édition de mangas et de jeux vidéo, pilier dans le secteur de l’industrie créative.

Une réalité s’impose rapidement : beaucoup de candidats, peu d’élus. Désormais, le stage est devenu une étape obligatoire pour ces jeunes qui sont à la croisée des chemins dans leurs vies professionnelles et affectives.

Provinciale tout juste débarquée, Ophélie a laissé derrière elle petit ami et logement, et doit faire face aux difficultés de la vie parisienne.

Étudiant en école de commerce, Arthur est tiraillé entre les grands projets qu’on a pour lui et son envie de mettre la finance entre parenthèses. À leurs côtés, Alix, passionnée de mangas, ne jure que par ses sagas favorites, et Hugues, graphiste, teste ses limites dans les soirées électro…

Dans une atmosphère conviviale, travail et vie privée s’entremêlent.

Pourtant, une question demeure en fond sonore : qui restera ?

 

Chronique du jour, bonjour !

 

Je veux vous parler d’une de mes lectures du mois de février (oui, je sais, je suis légèrement en retard dans la publication de mes chroniques !!!) : Les Stagiaires de Samantha Bailly. Il faut savoir que je suis sa chaîne Youtube depuis un petit moment, et que ses conseils d’écriture m’ont toujours beaucoup plu et surtout servi ! Alors je me suis dit : “why not ?”. Les Stagiaires est le premier tome d’une trilogie, les deux opus suivants étant À durée déterminée et Indéterminés.

Nous plongeons donc dans le quotidien d’Ophélie et de Arthur, chacun de ces personnages ayant à tour de rôle droit à un chapitre écrit à la première personne.

Alors bon, par où commencer ?

Le livre a de nombreux bons points. Tout d’abord, j’ai beaucoup aimé l’écriture légère et fluide de l’autrice. Elle parvient transporter son lecteur dans son univers assez décalé, où pour de jeunes actifs, le travail devient LE pilier central de leur vie. Petit à petit, les jeunes stagiaires vont se côtoyer, ouvrant le champs des possibles à des moments entre amis. J’ai bien retrouvé toutes les composantes qui font qu’en tant que stagiaire, tu te sens… stagiaire. Les horaires un peu tardifs auxquels tu termines, soit pour impressionner tes collègues (ou ne pas passer pour une branleuse…), soit parce que ton entreprise n’est pas très à cheval sur la convention de stage ? Les tchats et mails entre collègues sympas ? Les repas du midi et les pauses où tu as l’impression de revivre ? La nécessité de faire tes preuves dans l’espoir d’être gardée à la fin des six mois ? L’arrivée dans une ville inconnue ? Les cancans de couloirs ? J’en passe des vertes et des pas très mûres. Et j’imagine que c’est un portrait très réaliste d’un stage dans la capitale française que Samantha Bailly nous livre là.

Le monde de requin que peut être une entreprise est dépeint avec beaucoup de justesse. On est en présence de problématiques actuelles, rendant les choses réelles : rémunération des auteurs, difficultés financières à ne vivre qu’avec 500 euros par mois (à Paris qui plus est…), angoisse de ne pas savoir quoi faire dans trois mois, impossibilité de savoir avant la fin si ton contrat se transforme en CDD… Les jeunes stagiaires, qui ont des rêves plein la tête, se voient confrontés à cette réalité, pour certains plus difficile que pour d’autres.

 

J’ai également fortement apprécié les extraits de chansons en début de chaque chapitre !

Malheureusement, j’ai relevé des points noirs qui obscurcissent mon jugement face à ce livre qui, mieux mené, aurait été fort sympathique. Le plus gros est le nombre de clichés que  rencontrés dans ce livre. Arthur : le cliché du bobo parisien, école de commerce, famille richissime, soulard, queutard, infidèle, consommateur de coke et incapable de se remettre en question. Le genre de mec que je ne supporte pas. Enissa, la fille délurée qui semble facile au premier abord mais qui a tant de fêlures que son petit cœur est tout brisé, qui s’habille avec de larges ceintures (ma façon de voir ses mini-mini-mini jupes) de luxe alors qu’elle vit dans un taudis. Les mecs de façon générale, qui ne supportent pas les grosses. Pauvre Alix, que j’ai beaucoup apprécié, et qui n’a pas la chance de faire une taille zéro, et qui voit son petit cœur de geek réduit en poussière… Celle qui reste la bonne copine quoi.

Enfin, Ophélie. Ophélie, Ophélie, Ophélie, j’ai beaucoup aimé ton personnage, très réaliste dans son rôle de petite bretonne qui débarque à Paris. Mais… pourquoi ?! Comment peux-tu larguer ton mec comme ça alors que tu vivais le bonheur avec lui ? Certes le traintrain s’était installé, mais c’est aussi ça la vie de couple… il n’est pas très sain, à mon sens, d’en avoir peur et de chercher à combler chaque instant à deux ! Bon, pour le coup, la distance n’a pas aidé, et le rythme parisien a eu raison du jeune couple. Mais tout ça pour qu’Ophélie tombe dans les bras de ce pauvre type d’Arthur… Certes j’ai aimé que tu l’utilises pour assouvir tes besoins primaires, mais pourquoi lui ? C’est le genre de petite histoire entre la Belle et la Bête, la jeune ignorante et l’enc… de base.

Merci à Samantha Bailly de ne pas nous avoir fait l’affront de les faire tomber amoureux l’un de l’autre, et d’avoir fait en sorte qu’Ophélie le laisse tomber comme il se doit, mais j’ai eu beaucoup de mal avec ce cache-cacheSuis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis.

En bref, les stagiaires, c’est une lecture contemporaine plutôt ado qui m’a fait passé le temps, mais malheureusement sans plus. Je pense quand même lire le tome suivant, afin de me prouver qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !

 

Ma note : 11/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :