Ne dis rien à Papa | François-Xavier Dillard

Dans une banlieue chic et calme à trente minutes de Paris, vivent les Hutchinson, une famille presque parfaite. Il y a Fanny, la cinquantaine, une fleuriste réputée, Michael, son mari, un peintre à la cote en hausse, et leurs jumeaux, Victor et Arno. Mais Fanny étouffe et a bien des difficultés à gérer les réactions violentes de Victor. Ses manifestations de colère et de peur la renvoient à son passé qu’elle a tenté d’effacer. Et lorsqu’un nouveau voisin s’installe à côté de chez eux, tout ce qui a été consciencieusement enfoui risque alors de ressurgir…

 

Tout d’abord, oui, je sais, je n’ai pas réaliser une très jolie photo pour ce livre, mais je l’ai prêté à une amie, et je ne pouvais pas attendre pour vous partager mon avis… Vous avez dit impatiente ? C’est tout moi !!! Aller, en avant Guingamp (oui, je peux également être un peu beauf sur les bord parfois !).

 

Une bien belle surprise que ce livre. Enfin, c’est pas beau, l’histoire est horrible, mais le rendu est fabuleux. Enfin, vous avez compris quoi ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’auteur, que je découvre, ne lésine pas sur les détails. Moins sordides que happants, c’est clairement l’horreur qui nous attend dans son récit.

On commence le livre dans la peau d’un personnage enterré vivant, qui lutte pour sa survie après avoir vécu le pire. Le focus vient ensuite se faire sur Fanny et sa famille. Mariée depuis des années à Michael, leurs carrières en vogue lui permet de lever le pied sur son métier, pour se consacrer à ses jumeaux, qu’ils ont eu sur le tard. La différence de caractère entre les deux enfants l’inquiète : Victor, le leader, tend à mettre à mal son jumeau, plus craintif et sensible, quitte à l’effrayer.

La vie de cette famille alterne avec une enquête policière, visant à essayer de résoudre une affaire de soudaine vague de meurtres de médecins reconnus, ayant tous fait leurs études de médecine dans la même université dans les années 90.

François-Xavier Dillard a l’art et la manière de distiller des pièces de son puzzle tout au long de ses chapitres, mais fait en sorte que nous n’ayons la clef qu’à la toute fin. On est dans un classique du genre, mais c’est mené à la perfection. Même si j’ai commencé à me douter de quelque chose vers le milieu du livre, je ne m’attendais pas du tout à cette fin-ci. A la hauteur, c’est tout ce que j’ai envie de dire. Le bien et le mal tendent à lutter, comme dans toute histoire… et si cette fois, aucun des deux ne perdait vraiment ?

La psychologie des personnages est très bien construite. Même s’il m’a été impossible de concevoir comment l’amour maternel pouvait à ce point être noir, j’ai compris le cheminement qui fait qu’on en arrive à cette situation. Chacun de nos actes a ses conséquences, sur soi et sur autrui. Même si l’on en a pas conscience ou qu’on les regrette, parfois on conditionne toute la vie de notre entourage.

En découle des secrets de famille atroces, et un attachement même au plus grand des monstres. Car rien n’est dû au hasard. Entre vengeance, sacrifice et lutte pour la survie, ce thriller de 313 pages m’aura tenue en haleine, tant et si bien que je l’ai terminé à peine quatre heures après l’avoir commencé ! Ni trop long, ni trop court, juste ce qu’il faut pour réfléchir et surtout, une grande dose de frissons. Je ne puis que vous conseiller de lire ce petit bijou !!!

 

Ma note : 17 / 20

 

2 commentaires sur “Ne dis rien à Papa | François-Xavier Dillard

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :