Demain les chats | Bernard Werber

Pour nous, une seule histoire existait : celle de l’humanité. Mais il y a eu LA rencontre. Et eux, les chats, ont changé à jamais notre destinée.

Je ne sais absolument pas à quoi je m’attendais en ouvrant ce livre, mais certainement pas à ce que j’ai lu. Pour faire simple, l’histoire met le lecteur à la place de Bastet, une petite chatte parisienne qui vit bien tranquillement chez sa maîtresse (ou plutôt, sa servante humaine, Nathalie), avec son train-train quotidien et ses habitudes de chat. J’ai dit tranquillement ? Pas tant que cela en réalité. Les humains traversent une crise : l’individualisme et la course au progrès pour le progrès entraîne une sorte de troisième guerre mondiale… mais cela n’impacte pas vraiment Bastet, en tous cas, pas au début de notre histoire. Car Bastet a beau être une chatte, c’est une curieuse. Son rêve ? Parvenir à établir une véritable communication avec les autres espèces, et surtout avec les humains, afin de mieux les asservir. Quelle joie de rencontrer Pythagore, un chat de laboratoire qui s’avère être son voisin. Ensemble, ils vont tenter d’aider les humaine à sortir de leurs troubles. Mais c’était sans compter l’invasion des rats qui, libres d’arpenter les rues comme les sous-sols de la capitale, ont proliféré jusqu’à un point de non-retour.

Comme toujours, Bernard Werber nous plonge dans son univers, tant et si bien qu’on se croirait vraiment dans la peau d’un chat. On ressent sans peine ses envies, ses peurs, ses faiblesses et surtout, son incroyable sentiment de supériorité face à l’activité incessante de ses incorrigibles humains. Dans une ambiance quasi apocalyptique, l’auteur arrive à nous apprendre force de choses, et c’est l’aspect que j’ai le plus aimé dans cet ouvrage, comme bien souvent. En effet, Pythagore est un chat de laboratoire à qui la maîtresse a installé un connectique USB afin que le chat puisse se connecter au réseau internet et ainsi, apprendre des humains. Son savoir immense nous enseigne ainsi l’histoire des chats au cours de ces derniers millénaires : tantôt admirés, tantôt persécutés, cet animal a de ce fait une histoire très riche qu’il a été fort agréable d’apprendre.

Pour le reste, je suis davantage mitigée. J’ai fortement été impressionnée par la grossesse de Bastet, ses pensées et ses sentiments à ce moment-là. Comment un animal appréhende la reproduction, la naissance de ses bébés, son sens de la maternité et la protection dont elle les couvre. De ce fait, j’ai été véritablement terrifiée * SPOIL INCOMING * par le passage où Nathalie et son compagnon s’enferme dans la salle de bain avec les chatons de Bastet pour les faire disparaître. Un acte de barbarie que je condamne depuis toujours (je suis de l’école où si tu ne veux pas que ta chatte ait des petits, tu te débrouilles pour que le vétérinaire la stérilise avant de te retrouver avec des bébés à tuer sur les bras…) et qui m’a grandement touché dans cet ouvrage. De plus, moi qui apprécie les chats “chez les autres”, j’ai pu leur découvrir une certaine sensibilité, qui ne me donne pas envie d’en avoir un, mais qui me permet d’un peu mieux comprendre leur “je m’en foutisme” général.

Par contre, si l’histoire est plutôt bien orchestrée et que j’ai apprécié voir de grandes catastrophes impactant l’humanité toute entière, j’ai eu beaucoup de mal à apprécier le côté humain que l’auteur a donné à ses protagonistes à quatre pattes. Tant et si bien que finalement, la jalousie dont fait preuve Bastet, les sentiments amoureux développés entre elle et Pythagore (ainsi que surtout, la scène dans la chambre présidentielle) et enfin, les relations communautaires entre membres de la gente féline m’ont paru plus que grossiers, mal goupillés et parfois même déplacés voire ridicules. Je trouve dommage qu’une histoire originale et déstabilisante comme celle-ci soit entachée par un trop-plein de sentiments et de défauts humains, alors que tout le livre tend à séparer les chats des hommes, même si la fin démontre qu’en agissant main dans la patte, il est peut-être envisageable de s’en sortir.

J’ai trouvé ce livre sympa à lire, mais à la fin je n’étais plus vraiment dedans et c’est dommage que le sentiment qui en résulte plusieurs semaines après ma lecture soit plutôt négatif. Cette histoire n’a rien à voir avec la trilogie des Fourmis, ou même celle des Micro-humains, alors que les critiques en faisaient l’éloge, l’inscrivant dans la lignée des plus grands chefs-d’œuvre de Werber. Bref, ce livre aura échoué en tous cas à me donner envie d’avoir un chat (la preuve en est : nous avons adopté un petit chiot il y a trois semaines !!!).

Ma note : 12 / 20

2 commentaires sur “Demain les chats | Bernard Werber

Ajouter un commentaire

  1. Sans vouloir juger ce n’est pas un auteur comme Bernard Werber dont j’ai lu les deux premiers livres sur les fourmis m’empêcherait de ne pas aimer les chats. Avec ce qu’ils sont et ce que nous découvrons sur leurs façons d’être par des spécialistes. Je me garde mon libre arbitre même si en ce moment Minouche qui a 8 mois miaule ce matin sans arrêt. 🙂
    Et tu as une photo de ton chiot qui doit être adorable ? 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui certainement que mon opinion des chats a un peu altérer mon jugement (même si ça ne m’empêche pas d’adorer mon chat qui est resté chez mes parents quand je suis partie de la maison 😁). Comme tous les animaux ils sont très intelligents et je ne renie pas non plus les bienfaits que ces boules de poils peuvent procurer ! C’est simplement que j’ai trouvé trop humain leurs cheminements de pensées, leurs réactions et surtout leurs émotions. Mais c’est sans doute normal puisque c’est un humain qui a écrit le livre (quoique… 😂). C’est un sentiment que je n’avais pas eu avec les fourmis, que j’ai adoré ! J’essaye de poster une photo de la boule de poils dans le prochain post ! 😀 des bisous !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :