My sister’s keeper | 2009

Anna a été conçue pour sauver sa sœur atteinte d’une leucémie. A 11 ans, elle attaque ses parents en justice car elle ne veut plus subir d’opération.

26sist650

J’ai regardé pour la première fois My sister’s keeper (Ma vie pour la tienne en français… Pour une fois qu’un titre traduit n’est pas trop naze !) lorsque j’étais en licence, dans un contexte de réflexion autour de la manipulation génétique, de l’eugénisme et du clonage. Et il est vrai que éthiquement parlant, tous ces sujets tendent vers la borderline. Sauf que ce que le synopsis avance n’est finalement qu’une façade.

920x920

Il aurait été très intéressant de réellement traiter de ce problème d’éthique : une enfant conçue uniquement pour être compatible avec sa sœur leucémique. Oui, elle a reçu le même amour que son frère et que sa sœur. Mais comme elle le souligne si bien dans le film : elle n’aurait sans doute jamais vu le jour si sa sœur n’avait pas été malade.

*SPOILER*

 

my-sisters-keeper-2009-photo5_thumb

 

Oui, Anna engage un avocat. Oui, elle traîne ses parents en justice. Oui, elle le fait avec toute l’intelligence qu’elle possède, ce qui n’est pas peu dire. Si seulement les raisons qui l’avaient poussé à le faire étaient réellement celles qu’elle avançait, à savoir le droit de dire réellement non, car elle en avait marre qu’on lui pompe du sang, de la moelle et je ne sais quels fluides encore ! Mais non, elle le fait à nouveau pour sa sœur, pour lui faire gagner le temps dont elle a besoin pour que sa santé se dégrade et que ses parents se rendent enfin à l’évidence : elle en a assez de vivre, elle en a assez d’être malade, elle en a assez de voir sa famille s’étioler, elle veut tout simplement partir en paix.

mysisterskeeper

En dehors de ce minuscule et infime petit détail sur lequel tout le film se repose quand même, le film est parfait : les scènes sont étudiées pour faire pleurer le spectateur, pour l’attendrir, et je dois dire que les deux fois où j’ai vu le film, les deux fois je suis tombée dans le panneau. Oui, ça fonctionne ! Quand on sait que le réalisateur s’est également occupé du fameux “N’oublie jamais”, je comprends mieux pourquoi les deux paquets de mouchoirs (presque joke).

hero_EB20090624REVIEWS906249980AR

C’est une belle leçon de vie sur une fratrie qui s’entend à merveille, malgré les problèmes de santé. C’est aussi un film sur la famille, sur une mère qui veut tout contrôler et qui ne veut pas entendre sa fille lui dire qu’elle est fatiguée. Une mère qui s’efforce de garder sa famille unie, quitte à complètement… la désunir. Les flashbacks sont bien amenés également, et l’histoire prend peu à peu tout son sens. Il est idyllique et pourtant beau de voir que, même malade, une jeune fille peut trouver l’amour, même illusoire, même plus qu’éphémère. Comme dans Nos étoiles contraires (où l’héroïne a tout de même une plus grande force de caractère).

giphy

Je pense que la réalisation aurait dû aller au bout de son idée, et faire que Anna s’émancipe médicalement pour elle-même, et non par demande de sa sœur. Le mal est fait : ce drame familial est beau à regarder, émouvant à pleurer, et trop conventionnel pour marquer le Cinéma avec un grand C.

Ma note : 12/20

 

PS : c’est cool de voir Cameron Diaz dans un rôle où elle ne passe pas pour la nunuche sexy de service ! Je pose ça là, oklm. Bonne journée !

2 commentaires sur “My sister’s keeper | 2009

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :