Interstellar | 2014

Alors que la vie sur Terre touche à sa fin, un groupe d’explorateurs s’attelle à la mission la plus importante de l’histoire de l’humanité : franchir les limites de notre galaxie pour savoir si l’homme peut vivre sur une autre planète…

 

Comment un film peut-il devenir culte en cinq ans ? En cumulant des images époustouflantes, des effets spéciaux sublimes, des axes de réflexion actuels et à venir, de l’imagination. Et plus que tout, c’est une source de questionnements.

Tesseract-Interstellar

Christopher Nolan s’est attaqué à un gros morceau : la conquête spatiale. Une entreprise risquée et qui paye finalement.

200

Il commence son film avec les derniers jours d’une humanité désintéressée de la technologie, réduite à subir les assauts de la sécheresse et des catastrophes climatiques, peinant pour se nourrir et pour survivre. Comme il est si bien dit dans le film, la deuxième génération n’en engendrera pas de suivante. Aussi, d’ici 75 ans environ, l’espèce humaine sera complètement éteinte. Les cultures sont l’une après l’autre ravagées par la maladie, les poumons des terriens sont attaqués par la poussière qui recouvre petit à petit leurs espoirs et leur volonté. Néanmoins, les gens ne prennent pas conscience de la proximité de leur fin. En ayant cessé d’évoluer, ils se sont endormis sur les acquis, et se contentent du peu qu’ils ont. Est-ce que s’il avait été connu que les évènement cataclysmiques qu’ils essuyaient n’étaient pas des évènement isolés, mais la preuve que la Terre cherchait à éliminer l’espèce l’ayant tant blessé, ils auraient réagis ? Bref, c’est la merde.

interstellar-02

Une équipe secrète de la Nasa part à la recherche d’un système susceptible de pouvoir accueillir la race humaine. C’est réellement le dernier espoir de l’espèce humaine pour pouvoir survivre. Un homme, Cooper (Matthew McConaughey), ancien pilote devenu fermier après son licenciement, se joint à la mission. Laissant aux bons soins de leur grand-père (John Lithgrow) ses enfants Murph (Mackenzie Foy – Jessica Chastain – Elen Burtyn) et Tom (Timothée Chalamet – Casey Affleck), il s’en va dans l’espace aux côtés d’autres génie de la Nasa (dont Brand, jouée par Anne Hathaway) à la recherche de spationautes silencieux envoyés plusieurs années auparavant sur différentes exoplanètes afin d’en collecter des informations.

Christopher-Nolan-maitre-du-temps-dans-Interstellar

Le réalisateur a travaillé avec des scientifiques de renom afin de donner à son film de solides bases réalistes : spécialistes des trous noirs, des trous de vers, de la relativité d’Einstein, de l’évolution des structures stellaires… Et le pari est gagné. Si le spectateur lambda ne comprendra pas tout ce qui se dit, c’est réellement passionnant de voir comment ils ont réussi à agencer réalité, hypothèses et science-fiction pour nous donner un petit chef-d’œuvre. Pour avoir assister à une conférence sur les trous de vers, donnée par certains de ces scientifiques, c’est absolument happant, et même si je n’ai pas tout compris durant leur intervention, qui va bien plus loin que ce que le film nous livre, j’en suis ressortie avec une nouvelle vision des choses qui m’entourent.

INTERSTELLAR

La dimension émotionnelle du film est donnée par la relation père-fille entre Cooper et Murph, qui n’a pas pardonné à son père de s’en aller, mais qui a repris le flambeau sur Terre pour sauver l’humanité.

interstellar_mcconaughey_fille

La bande-son signée Hans Zimmer s’est elle aussi hissée parmi les grands classiques du XIXème siècle. 2h50 que je n’ai pas vu passer, les deux fois où j’ai vu ce film. Visuellement, les images spatiales sont magiques, les plans veulent dire quelque-chose, les effets-spéciaux sont parfaits. Et j’ai adoré ne pas tout comprendre jusqu’à la toute fin. Même aujourd’hui encore je me pose des questions !

source

Je pense qu’elles sont mises en exergue par le fait que jusqu’aux trois-quart, tout ce qui se passe pourrait réellement être plausibles. La fin, elle, rejoint clairement la science-fiction, et avec une haie d’honneur puisqu’elle n’a rien à envier aux grands chefs-d’œuvre du genre. La plupart de critiques ont relié Insterstellar à 2001 : L’odyssée de l’espace. Je ne suis pas vraiment d’accord (peut-être parce que j’ai adoré Interstellar et que je n’ai jamais pu aller au delà de la moitié du film de Kubrick… #shameonme). Interstellar est adapté à son époque, il pose des questions humaines, scientifiques, légitime. La course contre la montre de l’espèce humaine joue certainement un grand rôle là-dedans, et je trouve que Nolan a relevé le défis avec grandiosité.

largenarrowglowworm

 

Ma note : 18/20

4 commentaires sur “Interstellar | 2014

Ajouter un commentaire

  1. J’ai vraiment adoré ce film ! Avec mon copain c’est la première fois qu’on fait autant de recherches pour comprendre au maximum les théories choisies, mais aussi les alternatives, et tout ce qui a été choisit d’être écartées. Enfin bref on a fait des recherches tout autour du film. On était à fond !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :