Le malheur du bas | Inès Bayard

Au cœur de la nuit, face au mur qu’elle regardait autrefois, bousculée par le plaisir, le malheur du bas lui apparaît telle la revanche du destin sur les vies jugées trop simples. Dans ce premier roman suffoquant, Inès Bayard dissèque la vie conjugale d’une jeune femme à travers le prisme du viol. Un récit remarquablement dérangeant.

Un premier roman, un premier pavé jeté dans la mare, un premier coup de poing dans l’estomac. Suffoquant, c’est réellement le mot qui convient le mieux à ce livre. Je savais fort bien que ce serait une lecture difficile, tendue, émotionnellement violente. Et je ne savais même pas à quel point j’étais en dessous de la vérité. Je n’ai pas pour ainsi dire l’habitude de lire des livres psychologiques, qui dévoilent les dessous du traumatisme lié au viol…

Marie est une femme heureuse, dans sa vie professionnelle comme personnelle. Elle est mariée à Laurent qu’elle aime et qui l’aime de tout son cœur : un vrai couple parfait. Rien n’aurait pu laisser présager que la vie de Marie basculerait à cause d’un autre homme… car un soir, Marie est victime d’un viol. Et cet acte odieux qu’elle subit l’altèrera définitivement.

Le malheur du bas est un livre particulièrement abrupt, qui ne laisse aucun pan dans l’obscurité, même le plus intime. On est à la place de Marie, on vit son agression, sa perte de repère, sa solitude, sa terreur de se retrouver face à son bourreau, sa nouvelle façon de voir les gens et d’appréhender le monde, dans toute son horreur et son ignorance. Son monde bascule alors que tout allait pour le mieux. Et c’est un voyage sans-retour qui s’opère en elle. Les phrases employées dans ce livre sont particulièrement courte, comme pour illustrer la violence de ce qu’elle a subit. Ce sont de parfaites illustrations de ce qu’elle vit, d’autant qu’il lui est impossible de tenter d’oublier son calvaire… *SPOILER* apprenant quelques temps après son viol sa grossesse.

En réalité, le livre commence par la fin. Cela laisse à la fois peu de place à l’imagination mais en même temps, c’est quelque chose dont je suis très friande… Voir la sinuosité de la route empruntée par les personnages, ici Marie en l’occurrence, pour arriver à un point final que l’on connaît, est chose intéressante. Dès les première lignes, j’ai eu mal au ventre, le souffle coupé et je ne me suis pas sentie très bien. Mais je me devais d’aller au bout de ce petit chef-d’œuvre.

Le choc physique tout comme l’aspect émotionnel et psychique sont autant d’éléments mis en relation par l’autrice. Remarquablement dérangeant, j’ai vécu cette lecture à la fois comme une profession de foi et à la fois comme une révélation. Bien sur, il est impossible de savoir comment j’aurais réagis à sa place, tout comme il est bien aisé de juger les actions de cette femme amputée d’une partie d’elle même par un homme qu’elle ne connaît même pas vraiment. Son incapacité à en parler m’a moi-même rendue muette, tout comme j’ai ressenti sa honte. Une honte totalement illégitime, on est bien d’accord, mais qui prend tout l’espace de son cœur et de son ventre.

La protagoniste voit tout avec des yeux nouveaux, empoisonnés par l’horreur qu’elle a vécu. On en vient même à détester ses proches qui ne voient rien de ce qui la torture, alors que le seul à blâmer est l’instigateur de son malheur : son violeur (que l’on déteste quand même tout au long du livre, ne vous inquiétez pas pour ça).

On aurait pu s’attendre à une histoire des plus féministes (dans le mauvais sens du terme), où l’autrice serait tombé dans les travers de détails sordides et dégueulasses à gogo, ou qui cesserait totalement de vivre pour ne s’alanguir que sur son état psychologique. Là, si Marie ne nous épargne rien, elle se met à vivre en pilote automatique pour ne pas (trop) sombrer, le rythme est toujours présent, dans l’action autant que dans le ressenti.

Bref, c’est un roman que je peux sans nul doute qualifier de magistral, qui ne pourra pas vous laisser indifférent, qui vous prendra les tripes et vous dégoûtera un peu de l’espèce humaine. Mais c’est un livre à lire absolument, sur les conséquence d’un traumatisme qui malheureusement, arrive bien plus fréquemment qu’on ne le pense.

Ma note : 17/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :