Ghost and prejudice

Texte écrit dans le cadre de l’atelier d’écriture de Beren_Illustree (jeudi soir, 21h00), le 13 février 2020.

Consignes : construire un récit en 30 min qui respecte le thème suivant « réécrire la troisième scène de Ghostbuster (le film) selon un mode s’inspirant soit de :

  • Fenêtre sur cour (1954), d’Alfred Hitchcock (style policier, un seul lieu)
  • Matrix (1999), des soeurs Wachowski (style SF)
  • Coup de foudre à Notting Hill (1999), de Roger Michell (style romantique)
  • Orgueil et préjugés (2005), de Joe Wright (style historique) »

Vous l’aurez compris au titre, j’ai évidemment choisi Matrix (faux). Grâce à ce texte, j’ai remporté un super livre de tricot Harry Potter… j’ai si hâte de réaliser écharpes, cardigans roses, pulls à la mode Weasley et Hedwige en peluches !!! Mille mercis !!!

 


C’est une vérité universellement reconnue qu’une pile de livre haute jusqu’au plafond, en équilibre au beau milieu d’étagères en acajou, est nécessairement l’œuvre d’une entité moins naturelle qu’un homme de chair et de sang.

Même si l’on ignore à peu près tout ce que pense ou ressent l’homme en redingote lorsqu’il fait son apparition au sommet de l’escalier, cette vérité se trouve renforcée au fil du chemin qu’il parcourra jusqu’au sujet de son étonnement. Mr Sceptic tourna autour de cette pile immense, en bien riche compagnie. A droite, le scientifique Mr Scientist, sérieux et accompli jusqu’au bout de ses favoris. Il tenait à la main un instrument de mesure complexe et cliquetant, tout de verre luminescent et de bois. A gauche, Mr Enthousiat, comme à son habitude débordant de joie et d’excitation :

– Oh, s’exclama-t-il avec emphase, peut-être est-ce dû à une anomalie gravitationnelle ? J’ai ouïe un cas similaire en Inde il y a quelques années…

– Très cher, comment pouvez-vous ainsi oser avancer une telle chose ? répondit en bougonnant Mr Scientist. Croyez-moi, nous sommes là très loin d’un défaut de notre chère Terre mère. Non, non, non, ne vous méprenez pas, je suis quasiment certain que nous avons ici à faire à ce que nous cherchons depuis si longtemps…

– Le croyez-vous vraiment ? intervint Mr Sceptic. Vous savez ô combien je ne puis souffrir ces histoires à dormir debout !

– Ah ! Nous y voilà à nouveau Mr Sceptic ! s’écria Mr Enthousiast en contournant la pile, qui penchait dangereusement sans sembler vouloir s’écrouler. L’échorésonnateur de Mr Scientist nous emmène vers ces bureaux, et venez voir ce que nous y trouvons !

Suivant à bonne distance ses congénères, Mr Sceptic ne sut trop quoi répondre en découvrant les dires de son jeune collègue. Les tiroirs des dessertes étaient tantôt ouverts, tantôt renversés par terre, leur contenu répandu au sol dans le plus grand des désordres. Le plus étrange, outre ce capharnaüm de fiches de bibliothèque qu’ils devinaient d’ordinaire soigneusement rangées dans leurs compartiments, c’était ce mucus poisseux qui s’écoulait de haut en bas, souillant la moquette bleue qui recouvrait le parquet.

– Ectoplasme, décréta Mr Scientist.

– A n’en point douter, renchéri Mr Enthousist.

Ces deux-là s’avancèrent, laissant à Mr Sceptic le soin de prélever un échantillon, ce qu’il fit avec le plus grand des dégouts. Une goutte se colla à son doigt, à son grand désarroi dépourvu de gants. La sensation désagréable d’un glaçon spongieux l’incita à s’essuyer sur toutes les surfaces accessibles afin de s’en débarrasser.

Il rejoignit rapidement ses collègues, qui l’attendait au bout de l’allée, et à peine s’étaient-ils tous avancés vers la porte menant au cœur de la bibliothèque que la grande étagère massive, derrière eux, se renversa, sans apparente raison, les faisant sursauter. Mr Enthousiast porta la main à sa gorge pour étouffer le cri perçant qu’il lâcha :

– Par mes aïeux ! N’avez-vous donc aucune pitié pour mes pauvres nerfs ?

– Très cher, je vous en prie, ressaisissez-vous. Nous y sommes presque, je suis certain de trouver un ectoplasme là-bas. Regardez l’échorésonnateur : il brille de mille splendides lumières ! Ce soir, mes amis, les directeurs de l’Institut nous appelleront Lords, vous avez ma paroles messieurs !

– En êtes-vous bien certains ?

Mr Sceptic portait bien son nom. Aussi, lorsqu’au détour d’une allée, ils tombèrent nez à nez avec une silhouette fantomatique, il fut décidé à la quasi-unanimité que ce serait lui qui irait aborder à la créature. Elle s’élevait à quelques centimètres au-dessus du sol, et semblait plongée dans une antique édition cornée des Comptes de Heric le Héros. « Un premier contact naturel », précisa Mr Scientist avec un clin d’œil en poussant son collègue au beau milieu du couloir où flottait le spectre.

Mr Sceptic, ébranlé au plus profond de ses convictions, n’était point rassuré. Néanmoins, il fit bonne figure en essayant d’entamer une discussion cordiale avec le fantôme, qui ne tarda pas à darder sur lui un regard inquisiteur digne d’un bibliothécaire, avant de lui intimer de se taire. Penaud, l’homme fit demi-tour pour rejoindre ses semblables. A voix basses, ils tentèrent de trouver une approche qui serait, elle, couronnée de succès.

Ainsi fut-il décidé qu’ils y aillent tous les trois, ensemble. Comme un seul homme, ils s’approchèrent de l’ectoplasme. Ils n’eurent pas le temps de dire trois mots que soudain, la créature se précipita sans crier gare sur eux, grandissant à vue d’œil, s’enlaidissant tout aussi vite : un air de démon sortit de ses poumons, et un cri inhumain retentit dans l’immense salle, se répercutant sur les plafonds en cathédrale et les rayonnages remplis de livres. Sans demander leur reste, les trois hommes laissèrent tomber instruments et fierté, pour s’enfuir à toutes jambes de cet endroit maudit, retrouver le monde des vivants.

 


Mille mercis à Bérengère et aux inconditionnels trublions qui rythment désormais tous mes jeudis soirs, avec qui nous partageons tellement plus que des mottes de beurre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :