Automne frissonne

Seule, au beau milieu de nulle part. J’étais seule. Je ne voyais pas à plus de 50 cm ; là s’arrêtait la portée lumineuse de l’écran de mon téléphone portable. Là commençaient les ténèbres de la route de campagne isolée sur laquelle je me trouvais. Je regrettais le confort de mon lit douillet, la lumière... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :